La vérité sur l’Accélération. Et à la fin, tout le monde meurt.

Il n’existe aucune correlation entre entreprendre, accompagner et financer des startups, avec succès.

Faut-il avoir été un entrepreneur (à succès) pour être un bon investisseur ou un bon conseil? Probablement dans une société imaginaire ou l’information ne circulerait pas et ou les fonctions d’entrepreneurs, d’investisseurs et de conseils seraient des héritages ou bien encore une science.

Comme ce n’est pas le cas, inutile de créer un débat dont la valeur intrinsèque est nulle pour les entrepreneurs. Une démonstration étant le moyen le plus simple d’écourter mon propos, voici deux exemples empiriques:

Michael Moritz chez SEQUOIA CAPITAL.
Neil Rimer, fondateur de INDEX VENTURES

L’un et l’autre ne sont pas entrepreneurs. leurs sociétés d’investissement en capital risque sont des succès non discutables.

L’entrepreneuriat, l’investissement, l’accompagnement. Beaucoup essayent. Peu réussissent. Les bons brillent par leurs actions et leurs réalisations.

Et à la fin, tout le monde meurt.
Même Steve Jobs

PS: En France, Benoist Grossmann a toujours été investisseur et il est à la tête du fonds Idinvest Partners, lui aussi un indéniable succès, notamment premier investisseur de Criteo.